Une infirmière de l’Hôpital général juif a inspiré un auteur montréalais

L’infirmière de triage Maggie Quinsey au Département de l’urgence à l’Hôpital général juif
L’infirmière de triage Maggie Quinsey au Département de l’urgence à l’Hôpital général juif

Maggie Quinsey est la ‘vraie’ personne qui a servi de modèle pour le personnage de l’infirmière devenue détective dans le roman A Stab at Life

Dans le cadre de ses fonctions d’infirmière au Département de l’urgence depuis 20 ans, Maggie Quinsey en est venue à s’attendre à l’imprévu. Mais, rien ne l’avait préparée au rebondissement le plus récent de sa carrière : être la source d’inspiration d’un personnage de roman policier dont l’action se déroule à Montréal.

Dans A Stab at Life, le premier livre d’une série policière de l’auteur montréalais Richard King, la présence d’esprit et les compétences en diagnostic acquises au Département de l’urgence d’une infirmière de triage, appelée Annie Linton dans le roman, aide son conjoint-détective à résoudre une série de meurtres et à lutter contre le crime dans la rue.

L’auteur montréalais Richard King
L’auteur montréalais Richard King

Le personnage de cette infirmière devenue détective est fondé sur la ‘vraie’ Madame Quinsey.

« Les infirmières sont de brillantes diagnosticiennes », explique Monsieur King. « Il y a très peu de différence entre les compétences sur lesquelles une infirmière s’appuie pour faire un diagnostic et celles requises pour résoudre un mystère : examiner toutes les données disponibles, avoir un raisonnement critique et en tirer une conclusion. »

Le cheminement qui a mené Madame Quinsey de l’Hôpital général juif aux pages d’un roman policier a commencé en 2008, quand Monsieur King a été soigné au Département de l’urgence à l’HGJ pour une arythmie cardiaque. Dès le lendemain, après avoir obtenu son congé, il a pris la décision de revenir à l’Hôpital à titre de bénévole.

Pendant les soirées au cours desquelles il guidait les patients au sein du Département de l’urgence, Monsieur King a fait la connaissance de Madame Quinsey. Ils se sont liés d’amitié après avoir découvert qu’ils avaient tous deux perdu leur mère à un jeune âge (« un club exclusif dont vous ne voulez pas faire partie », dit Monsieur King). Mais, il a également été impressionné par la nature compatissante de Madame Quinsey, qui, même lors de moments de grand stress dans ses fonctions d’infirmière de triage, trouvait toujours le temps de poser une main apaisante sur le bras d’un patient anxieux.

« Toutes les infirmières sont des personnes compatissantes », dit Monsieur King, « mais elle avait une manière unique d’établir un lien avec les patients. »

Le roman en question se situe dans le quartier de Côte-des-Neiges, à Montréal, et met en lumière l’univers intense et le rythme soutenu du Département de l’urgence à l’HGJ – appelé Hôpital Gursky Memorial dans le roman en hommage à l’écrivain Mordecai Richler et à la famille fictive dans Solomon Gursky Was Here.

Madame Quinsey dit qu’elle est honorée de servir de modèle à une protagoniste décrite dans le livre comme ‘agissant rapidement’ et ‘chaleureuse et réconfortante’.

« Je suis une personne ordinaire », dit-elle. « Je ne suis pas différente des autres, et je n’avais jamais pensé que je deviendrais infirmière. »

Madame Quinsey explique qu’elle est issue d’un milieu familial difficile à Montréal et qu’elle a passé du temps dans le système des familles d’accueil. C’est seulement grâce à un enseignant compréhensif qu’elle a pu terminer ses études à l’école secondaire et s’inscrire au programme de soins infirmiers au Collège John Abbott. Après avoir obtenu son diplôme, elle est entrée au service de l’HGJ et y a travaillé pendant près de 30 ans.  

Les soins infirmiers l’ont attirée dès son jeune âge. En effet, avant l’âge de 12 ans elle avait déjà subi quatre interventions chirurgicales à l’Hôpital Shriners pour enfants en raison d’un pied bot et d’un défaut dégénératif à un membre, et elle se souvient très bien de l’infirmière qui s’occupait d’elle pendant les ponctions lombaires douloureuses.  

« Je me souviens de la manière dont l’infirmière me tenait dans ses bras », ajoute Madame Quinsey, en retenant ses larmes à ce souvenir. « Ma vie familiale n’était pas facile, et j’ai reçu l’attention dont j’avais besoin dans cet Hôpital. Cette infirmière m’a fait me sentir spéciale. C’était un ange. »

« Je me suis dit, ‘C’est ce que je veux faire quand je serai grande. Je veux être cette personne quand je serai grande’. »

En ce qui concerne Monsieur King, qui a continué de faire du bénévolat à l’HGJ pendant plus d’une décennie, il observe maintenant l’Hôpital d’un autre point de vue. En effet, en août, il a eu un diagnostic de cancer du foie et il est soigné actuellement au Centre du Cancer Segal à l’HGJ.

Comme lors de ses expériences précédentes à l’Hôpital, celle-ci lui permet de voir depuis les coulisses le dévouement des membres du personnel à l’HGJ. « Tous les employés sont compatissants et attentionnés. Même dans des circonstances très éprouvantes, ils sont en mesure de prodiguer des soins exceptionnels aux patients. »

Le fil conducteur des expériences de Monsieur King, à titre de patient, de bénévole et de patient de nouveau, reste son admiration pour les infirmières. « Elles sont les ‘liens’ qui maintiennent tous les éléments ensemble. »

A Stab at Life est le premier d’une série de romans policiers mettant en vedette Annie Linton et son conjoint Gilles Bellechasse. Ce livre, ainsi que le deuxième de la série, Banking on Life, est disponible sur les plateformes électroniques et partout où des livres sont vendus. Monsieur King est l’ancien propriétaire de la librairie Paragraphe, à Montréal.

A Stab at Life est dédié à la mémoire de la mère de Madame Quinsey, Margaret Noseworthy, qui est décédée en 1981.