Une belle réussite: le taux de vaccination du personnel atteint de nouveaux sommets

La préposée aux bénéficiaires Maria Cecilia Gecainis se fait vacciner par l’infirmière Hermes Cornejo au Centre gériatrique Maimonides Donald Berman, en janvier.
La préposée aux bénéficiaires Maria Cecilia Gecainis se fait vacciner par l’infirmière Hermes Cornejo au Centre gériatrique Maimonides Donald Berman, en janvier.

Il y a de bonnes nouvelles sur le front de la vaccination au sein de notre CIUSSS. En effet, les trois quarts des membres du personnel des centres de soins de longue durée ont maintenant été vaccinés contre la COVID-19, soit l’un des taux les plus élevés de Montréal.

Cette couverture se traduit par une protection accrue contre le coronavirus pour le personnel et les résidents. Et, elle illustre la réussite d’un vaste effort du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal pour joindre les membres du personnel qui hésitaient à se faire vacciner, répondre à leurs préoccupations et finalement, les amener à se faire vacciner.

Le taux de couverture vaccinale de 76 pour cent, atteint à la fin du mois d’avril, est le plus élevé jamais enregistré dans l’histoire du réseau, y compris pour les campagnes de vaccination contre la grippe.

Erin Cook, directrice adjointe du programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA)
Erin Cook, directrice adjointe du programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA)

« Nos équipes des soins de longue durée ont travaillé d’arrache-pied pour arriver à ce résultat », a déclaré Erin Cook, directrice adjointe du programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA). « Je suis très fière de leurs efforts ».

L’une des clés de la campagne a été de faciliter l’accès à la vaccination. En avril, notre CIUSSS a ouvert des sites de vaccination éphémères dans les centres de soins de longue durée à l’intention des membres du personnel des quarts de jour, de soir et de nuit.  

En une seule semaine, à la mi-avril, 150 employés ont été vaccines dans les six résidences de notre CIUSSS.

Même avant l’ouverture des sites éphémères, nos équipes avaient déjà jeté les bases de notre réussite en s’efforçant de joindre les personnes qui résistaient à la vaccination. Les raisons de cette hésitation à se faire vacciner allaient de la peur des aiguilles à la crainte que le vaccin n’ait été produit trop rapidement et ne soit pas sûr.

Il était crucial de s’attaquer à ces inquiétudes : la vaccination des membres du personnel des installations de soins de longue durée constitue une priorité du réseau des soins de santé au Québec, puisque les travailleurs non vaccinés représentent une menace pour les personnes âgées fragiles. 

Une équipe de quatre infirmières chevronnées de notre CIUSSS ont interrompu leur retraite pour appuyer les efforts de vaccination au sein des Ressources humaines et parler à des centaines de membres du personnel au téléphone pour connaître leurs préoccupations. Elles ont répondu aux questions, en s’abstenant d’exercer des pressions ou de la coercition; plusieurs sceptiques ont fini par changer d’avis d’eux-mêmes.

« Notre objectif était d’accompagner les membres de notre personnel pendant qu’ils prenaient leur décision, d’écouter leurs préoccupations et, avec leur accord, de leur fournir de l’information », explique Valérie Vandal, l’une des infirmières de l’équipe.  

L’effort d’éducation allait au-delà des appels téléphoniques. Des équipes, composées de médecins et d’infirmières, parcouraient les étages des centres de soins de longue durée, pour converser de manière informelle avec les membres du personnel et répondre à leurs questions.   Des brochures, comportant de l’information sur les vaccins et le nom d’une personne-ressource au sein de l’installation, étaient également laissées dans les unités. De plus, les employés vaccinés portaient des macarons et devenaient des « champions de la vaccination ».

Au Centre résidentiel Saint-Andrew, Hetal Patel, coordonnatrice de programme SAPA-Hébergement, et l’infirmière-chef ont invité les membres du personnel à participer à des rencontres en groupe ou individuelles.

« Nous leur avons dit “ Venez simplement nous voir et nous nous efforcerons de vous fournir tous les renseignements validés et fondés sur la science ” », dit Madame Patel. « Nous avons précisé “ Nous ne voulons forcer personne. Nous voulons simplement que vous preniez une décision en toute connaissance de cause ” ».

En définitive, cette stratégie s’est avérée être la bonne pour lutter contre l’hésitation à se faire vacciner ­— et peut-être pour établir un modèle pour les futures campagnes de vaccination.

« Il n’y a pas eu de solution miracle. Nous avons laissé chaque personne prendre une décision éclairée, plutôt qu’une décision contrainte ou précipitée », ajoute Madame Cook. « Finalement, cette démarche a été un réel succès et positive ».