Socialiser avec ses collègues en toute sécurité

Fatna Hamdi (à gauche) et Melanie Hansma, deux inhalothérapeutes à l’HGJ, se détendent d’un côté et de l’autre d’une cloison en plexiglas dans le salon du personnel
Fatna Hamdi (à gauche) et Melanie Hansma, deux inhalothérapeutes à l’HGJ, se détendent d’un côté et de l’autre d’une cloison en plexiglas dans le salon du personnel

Une spécialiste du CIUSSS offre des conseils sur la manière de socialiser sans propager le coronavirus.

L’arrivée du temps froid signifie que la plupart de nos pauses et de nos repas auront lieu à l’intérieur. Comment pouvons-nous partager ces moments de détente avec nos collègues sans partager également la COVID-19?

Les rassemblements à l’intérieur sont des endroits privilégiés pour propager le coronavirus. Par conséquent, notre CIUSSS rappelle aux membres du personnel de ne pas relâcher leur vigilance dans les salons et les zones de repas. À l’approche des Fêtes, la COVID-19 n’est pas l’un des cadeaux que vous voulez offrir.  

« Nous avons tous besoin de nous détendre et d’être entre amis, mais nous voulons encourager chaque personne à adopter de bonnes pratiques pour rester le plus en sécurité possible », de dire  Stéfanie Brisson, chef de service – Santé, sécurité et mieux-être au travail – Volet Prévention de notre CIUSSS.  

Dans toutes les installations de notre réseau, les membres du personnel des services et des départements font preuve de créativité pour aider leurs collègues à se détendre en toute sécurité dans les salons des employés. Dans certains sites, les chaises ont été retirées et un X a été indiqué sur le plancher pour s’assurer que les membres du personnel respectent la règle de distanciation de deux mètres (six pieds). Dans le salon des inhalothérapeutes à l’Hôpital général juif, les gestionnaires ont installé une cloison en plexiglas entre deux fauteuils, pour permettre aux collègues de s’asseoir côte à côte et de converser. De plus, trois cabines d’intubation en plexiglas, utilisées habituellement pour les patients en soins intensifs, ont été transformées en compartiments individuels pour les repas.

Angie Spiropoulos, chef de l’Inhalothérapie à l’HGJ, dans l’un des compartiments en plexiglas utilisés pour les repas situés dans son salon des employés
Angie Spiropoulos, chef de l’Inhalothérapie à l’HGJ, dans l’un des compartiments en plexiglas utilisés pour les repas situés dans son salon des employés

« Les membres du personnel de notre Service sont très unis et collaborent  étroitement », dit Angie Spiropoulos, chef de l’Inhalothérapie à l’Hôpital général juif. « Nous voulons continuer à décompresser ensemble et à socialiser en toute sécurité ».

Dans l’ensemble, les membres du personnel portent toujours un masque et respectent une distance physique, même quand ils se réunissent pour prendre un café ou une collation ou pour un échange informel. Voici quelques conseils de la Dre Leighanne Parkes, spécialistes des maladies infectieuses et microbiologiste à l’HGJ à toutes les personnes qui souhaitent profiter de la compagnie de leurs collègues sans risque pour eux-mêmes ou pour les autres.

La Dre Leighanne Parkes, spécialiste des maladies infectieuses et microbiologiste à l’HGJ
La Dre Leighanne Parkes, spécialiste des maladies infectieuses et microbiologiste à l’HGJ

Comprendre le virus. SARS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, peut se propager par les grosses gouttelettes respiratoires. « Chaque fois que nous respirons, toussons, éternuons, chantons ou parlons,  nous créons des gouttelettes d’une sorte ou d’une autre », explique la Dre Parkes. « Si vous êtes infecté par la COVID-19, ces gouttelettes minuscules peuvent contenir le virus qui peut ainsi se propager autour de vous ». Ces gouttelettes se propagent plus facilement à l’intérieur. « Elles peuvent contaminer votre environnement dans une sphère devant votre visage et elles peuvent contaminer une personne qui se trouve dans cet espace, et particulièrement si le nez, la bouche et les yeux de cette personne ne sont pas couverts ».

Dites quelque chose. Nous avons tous besoin d’un rappel des meilleures pratiques de temps à autre. « Dites quelque chose quand je fais une erreur », dit la Dre Parkes. « Parfois, il suffit qu’une personne de notre entourage dise : ‘Hé, ton masque n’est pas bien mis’, ou ‘Vous devriez porter un masque dans cette situation’. C’est formidable de pouvoir protéger la sécurité d’une autre personne ».  

Ne brisez pas la bulle. Envisagez votre bulle comme votre roue de hamster privée. « Imaginez que vous avez ce champ de force autour de vous qui empêche les autres de pénétrer dans votre espace et qui vous empêche de pénétrer dans le leur », dit la Dre Parkes. « Si nous visualisons cette image et la maintenons, nous ne pouvons pas infecter individuellement une autre personne et elle ne peut pas nous infecter individuellement ».  

Luttez contre la fatigue pandémique. Le personnel des soins de santé n’a pas la vie facile. En raison de la nature de leur travail, ils n’ont pas le luxe de s’isoler à leur domicile pendant la pandémie. « Notre travail nous expose à des personnes qui sont plus susceptibles d’être contaminées par la COVID-19 », ajoute le Dre Parkes. « Nous sommes ainsi continuellement exposés au virus, dans la communauté et à l’Hôpital ».

Résistez à l’envie de relâcher votre vigilance, même quand vous faites une pause. « C’est très difficile pendant les pauses, après avoir été continuellement sur vos gardes, de devoir continuer à penser à la meilleure manière de se protéger », dit la Dre Parkes. « Mais, il est très important de ne pas relâcher cette vigilance ». Nous avons tous besoin de faire une pause, mais le virus, lui, n’en fait pas.