Retraite d’une ergothérapeute chevronnée après 32 ans de service

Suzanne Rouleau
Suzanne Rouleau

Suzanne Rouleau remercie l’HGJ d’avoir appuyé ses études et initiatives de recherche.

Après 32 années de travail comme ergothérapeute au sein du Service de psychiatrie de l’HGJ, Suzanne Rouleau tire le rideau sur sa carrière de 40 ans à titre de clinicienne, satisfaite de savoir qu’elle a « pu accorder aux patients un certain répit de leurs difficultés, et un peu plus d’espoir ».

Entrée au service de l’Institut de psychiatrie communautaire et familiale en 1988, Mme Rouleau a pris sa retraite au début du mois de janvier, reconnaissante d’avoir eu la possibilité de participer aux aspects émotifs et cognitifs des soins et au rétablissement de ses patients adultes.

Contrairement aux psychiatres et psychologues, dont l’aide se fait principalement au moyen d’entretiens, les ergothérapeutes comme Mme Rouleau encouragent les patients à mener des activités, surtout au sein de groupes privilégiant les passe-temps comme la cuisine, l’exercice physique et l’artisanat, ainsi que des activités écrites ou pratiques qui favorisent le rétablissement et le retour au travail.

« Ces groupes peuvent être très efficaces, souligne Mme Rouleau, du fait qu’ils rassemblent des gens qui ont vécu les mêmes difficultés et qui peuvent plus aisément se comprendre. Ces patients servent également d’exemples entre eux, car une personne qui se sent mieux peut inspirer l’espoir chez les personnes qui en ont besoin. »

Mme Rouleau ne verra plus de patients, mais elle enseignera toujours à l’université McGill, où elle passait une journée par semaine pendant qu’elle travaillait à l’HGJ. « J’adore enseigner et je tiens à continuer », souligne-t-elle.

Mme Rouleau a été nommée coordinatrice des Services d’ergothérapie en 2003, soit 15 ans après avoir joint le Service, et a occupé ce poste jusqu’en 2016, année où le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal nouvellement établi procéda à un remaniement.

Au début des années 2000, elle a également assumé la gestion individuelle de cas pour aider les patients souffrant d’une grave maladie mentale à se préparer à réintégrer le monde du travail.

Mme Rouleau a remporté, en 2009, le Prix d’excellence de l’Ordre des ergothérapeutes du Québec en reconnaissance de ses contributions professionnelles. En 2015, elle a été inscrite sur la Liste d’honneur de la Faculté de médecine de l’université McGill et se dit « privilégiée et très touchée d’avoir été recommandée par mes collègues ».

Mme Rouleau est aussi très fière d’avoir siégé au Comité consultatif pour les patients de son service, dont le mandat consiste à mettre de l’avant les opinions et idées des patients lorsque de nouveaux projets importants sont proposés en psychiatrie.

Elle s’est sentie particulièrement gratifiée par l’encouragement et le soutien qu’elle et les autres ergothérapeutes du Service de psychiatrie ont reçus pour mener les recherches et les innovations qui ont permis d’améliorer les soins. Cette ouverture à la nouveauté caractérise particulièrement le mandat du docteur Michael Bond, nommé chef du Service en 1999, et perdure encore aujourd’hui sous la direction du docteur Karl Looper.

« Cette réceptivité à nos initiatives m’a vraiment stimulée, explique-t-elle. Elle fait partie intégrante de la qualité des soins dans notre domaine et des valeurs de l’Hôpital dans son ensemble. Ce ne sont pas que des paroles – ce sont des actes concrets. »