Quand une brosse à dents fait pleurer de joie un patient

La PAB Janice Kernohan remet une trousse de soins remplie d’articles d’hygiène personnelle à une patiente au Département de l’urgence
La PAB Janice Kernohan remet une trousse de soins remplie d’articles d’hygiène personnelle à une patiente au Département de l’urgence

Les trousses de soins d’hygiène remontent le moral et combattent le déconditionnement des patients hospitalisés.

Parfois, les bonnes choses sont dans des petites trousses. Parlez-en à Janice Kernohan, une PAB au Département de l’urgence à l’HGJ.

Récemment, une femme dans la trentaine a été transportée au Département de l’urgence en raison d’une fracture causée par un accident de voiture. Déjà ébranlée par l’événement, elle était encore plus agitée parce que son mari était à l’extérieur de la ville et qu’elle avait peu d’effets personnels avec elle.  

« Je n’ai même pas de brosse à dents », s’est-elle exclamée avant de fondre en larme.  

La PAB Janice Kernohan (à gauche) et la coprésidente du Comité d’humanisation des soins Gabi Rosberger avec plusieurs trousses de soins d’hygiène personnelle au Département de l’urgence.
La PAB Janice Kernohan (à gauche) et la coprésidente du Comité d’humanisation des soins Gabi Rosberger avec plusieurs trousses de soins d’hygiène personnelle au Département de l’urgence.

Sans hésiter, Madame Kernohan a répondu : « J’en ai une pour vous », en remettant à cette femme une trousse comprenant une brosse à dents, une savonnette, du shampoing et d’autres articles d’hygiène personnelle.

« Elle a pris le sac et s’est mise à pleurer de plus belle », se souvient Madame Kernohan. « Elle était tellement reconnaissante. Vous auriez pensé que je lui avais donné de l’or. »

D’une certaine manière, ces articles sont de l’or. En effet, quand les patients sont admis inopinément à l’Hôpital, une trousse d’articles d’hygiène peut leur remonter le moral, les réconforter et préserver un peu de leur dignité. En définitive, les trousses contribuent à améliorer l’expérience des patients.

Madame Kernohan a été en mesure de fournir ces articles grâce à une initiative du Comité d’humanisation des soins et des Auxiliaires de l’HGJ. L’automne dernier, après un appel aux dons lancé sur Facebook, les bénévoles ont recueilli des milliers de petits articles de toilette, du dentifrice au revitalisant pour les cheveux. Plus de 700 trousses ont été distribuées dans l’ensemble de l’Hôpital, à tous les Services et Départements qui en avaient besoin.  

Ce projet est l’élargissement d’une initiative lancée l’an dernier au sein du Département de chirurgie orthopédique et du Service de gériatrie par les responsables des Soins infirmiers Emanuela Ciarlelli et Karine Lepage. Elles avaient toutes deux cerné le besoin de tousses de soins d’hygiène pour les patients, particulièrement les personnes âgées, et constaté également que les trousses aidaient à renforcer l’autonomie des patients.

Une philosophie semblable sous-tend l’expansion du programme. Selon Gabi Rosberger, qui a dirigé ce projet pour le Comité d’humanisation des soins, les trousses ont des avantages à la fois pratiques et thérapeutiques. Maintenir des habitudes de soins personnels, comme se brosser les cheveux ou les dents exige que les patients se lèvent de leurs lits, aillent à la toilette ou s’assoient sur une chaise.

« Les patients peuvent perdre leur force musculaire à l’Hôpital s’ils restent allongés dans leur lit tous les jours », explique Madame Rosberger, qui a été ergothérapeute à l’HGJ pendant plusieurs décennies. « Prendre soin de soi est une activité. Et cela aide à prévenir le déconditionnement. »

Il est également bénéfique de maintenir une routine lors d’un long séjour à l’Hôpital. « Un hôpital est semblable à Las Vegas; c’est la même chose 24 heures sur 24 et parfois vous ne savez plus si c’est le jour ou la nuit », ajoute Madame Rosberger.

Les trousses de soins ont été particulièrement utiles pendant la crise de la COVID-19, lorsque les restrictions imposées par la Santé publique interdisaient aux membres de la famille d’accompagner leur proche à l’Hôpital et de leur apporter des effets personnels.

Les trousses ont fait l’objet de commentaires élogieux des gestionnaires. André Poitras, un coordinateur clinico-administratif au sein de notre CIUSSS, dit que les patients n’ont habituellement pas le temps de préparer des articles d’hygiène personnelle avant de venir à l’Hôpital en raison d’une urgence médicale. 

« Lorsqu’ils sont stabilisés et qu’ils se sentent mieux, quel réconfort de recevoir un tel vrai cadeau! Ce sont des articles simples, mais ils sont tellement nécessaires et réellement appréciés », dit Monsieur Poitras, qui supervise les Divisions de soins intensifs chirurgicaux et médicaux et de soins cardiovasculaires.  « Les trousses de soins ont une incidence à la fois sur les patients et sur les professionnels de la santé. »

Valerie Schneidman, coordinatrice des Soins infirmiers au Département de l’urgence, qualifie des trousses de soins « de superbe initiative ».   

« Prendre soin des besoins de soins d’hygiène des patients est tellement important pour l’expérience patient. Nous sommes plus orientés sur les besoins médicaux des patients. Les trousses permettent de les dorloter. »Avez-vous des articles qui pourraient être utilisés dans les trousses de soins d’hygiène? Les organisateurs acceptent avec plaisir les dons de brosses à dents, de dentifrice, de petites bouteilles de shampoing, de savonnette et de tout autre article pertinent. Les dons en espèces pour l’achat de ces articles sont également acceptés. Pour de l’information, communiquez avec la coprésidente du Comité d’humanisation des soins, Gabi Rosberger, à gabirosberger@gmail.com ou avec Rosemary Steinberg, à roey22@gmail.com.