Partager la joie et la nourriture : l’Hôpital Mont-Sinaï fait don de la nourriture excédentaire aux personnes dans le besoin

La superviseure du Service alimentaire à l’Hôpital Mont-Sinaï, Cynthia Tarantino (à gauche) et le cuisinier Philippe Deschênes présentent à Madeleine Fangue, une intervenante-famille, les plateaux d’aliments dont l’Hôpital fait don au Groupe communautaire Relais Côte-des-Neiges.
La superviseure du Service alimentaire à l’Hôpital Mont-Sinaï, Cynthia Tarantino (à gauche) et le cuisinier Philippe Deschênes présentent à Madeleine Fangue, une intervenante-famille, les plateaux d’aliments dont l’Hôpital fait don au Groupe communautaire Relais Côte-des-Neiges.

En partenariat avec un organisme sans but lucratif, l’hôpital partage de la nourriture cachère avec des familles musulmanes.

Le temps des Fêtes est une période de partage, et l’Hôpital Mont-Sinaï montre la voie en faisant don des aliments excédentaires de sa cuisine pour aider les familles dans le besoin.

Ce geste est le fruit d’un partenariat entre le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal et la La Tablée des Chefs, un organisme primé dont le programme de récupération d’aliments met les donateurs d’aliments non utilisés en contact avec les groupes communautaires locaux. L’Hôpital Mont-Sinaï, le premier site du CIUSSS à participer, a été apparié au Relais Côte-des-Neiges.

Ahlme El Hariri, une éducatrice au Relais Côte-des-Neiges, avec les bacs qui seront remplis d’aliments pour les familles dans le besoin.
Ahlme El Hariri, une éducatrice au Relais Côte-des-Neiges, avec les bacs qui seront remplis d’aliments pour les familles dans le besoin.

Grâce à cette initiative, les familles qui comptent sur la banque alimentaire de cet organisme pourront profiter de repas nutritifs pendant les Fêtes. 

« C’est une manière d’éviter le gaspillage d’aliments et de rendre à la communauté », explique Anouk Azuelos, coordinatrice des Services alimentaires de notre CIUSSS.

Le premier don, effectué à l’Hôpital Mont-Sinaï au début décembre, a offert un aperçu réconfortant du partage communautaire. À l’intérieur d’une cuisine en pleine activité, les membres du personnel ont soigneusement retiré des plateaux d’aliment des congélateurs. Ils les ont remis aux représentants du Relais Côte-des-Neiges, qui les ont acceptés avec gratitude avant de les placer dans une voiture pour les transporter à leur centre situé sur l’avenue Victoria. 

Selon le groupe communautaire, les aliments cachère donnés par l’Hôpital Mont-Sinaï sont particulièrement appréciés puisqu’un pourcentage élevé de leurs clients sont musulmans et mangent des aliments halal. (Le niveau de rigueur pour la préparation des aliments cachère est acceptable pour plusieurs musulmans qui consomment de la nourriture halal.)

« Il s’agit d’une aide importante qui va faire le bonheur de plusieurs familles », a déclaré Jocelyne Martin, directrice de Relais Côte-des-Neiges. Plusieurs de nos clients sont arrivés au Canada récemment, y compris des demandeurs d’asile, dit-elle. « Les réfrigérateurs sont vides, et les demandes d’aliments affluent. » 

« Ce nouveau partenariat aidera les familles à mettre des aliments sur la table. » 

Jocelyne Martin, directrice de Relais Côte-des-Neiges
Moshe Banoon, chef des Services alimentaires à l’Hôpital Mont-Sinaï
Moshe Banoon, chef des Services alimentaires à l’Hôpital Mont-Sinaï

Le gaspillage alimentaire est réduit au minimum au sein de notre CIUSSS. En effet, chaque cuisine des Services alimentaires, qui fait partie de la Direction de la logistique, utilise un logiciel pour calculer précisément les quantités d’ingrédients requis pour chaque repas et chaque recette. Cependant, des changements imprévus sont inévitables dans toute grande installation de soins de santé. Par exemple, la nourriture qui n’a pas été consommée peut devenir disponible si un patient obtient un congé inattendu ou ne peut pas consommer son petit-déjeuner en raison d’un prélèvement sanguin. Il peut aussi y avoir des aliments excédentaires si moins de clients que prévu de la communauté se présentent pour manger à la cafétéria.

Maintenant, ces aliments sont conservés et mis de côté pour nourrir d’autres personnes. À l’Hôpital Mont-Sinaï, des mets comme le poulet au curry, le ragoût de veau, des haricots verts et le pain de viande à la dinde ont été emballés et congelés en respectant des règles d’hygiène strictes. Plusieurs membres du personnel participent à ce processus, des cuisiniers aux employés de la cafétéria en passant par les superviseures des Service alimentaires, Monika Poirier et Cynthia Tarantino.

« C’est un effort collectif », explique Moshe Banoon, chef des Services alimentaires à l’Hôpital Mont-Sinaï et au CHSLD juif Donald Berman. Il dit que le geste de collaboration entre l’installation de Côte Saint-Luc et les clients musulmans du groupe communautaire constitue un symbole d’espoir en cette période de turbulence mondiale.

« Pendant un conflit dans le monde, ici les communautés s’unissent et s’entraident », dit Monsieur Banoon.

Madame Tarantino, qui était sur place lors du don, est du même avis. « Les aliments sont nourrissants, mais il s’agit aussi d’une manière de relier les gens », souligne-t-elle. « La beauté de la nourriture est que peu importe la religion, la race ou la culture, elle rassemble les gens. »

Madame Azuelos dit qu’elle espère élargir l’initiative à d’autres installations du CIUSSS.