Les cabines de relaxation sont un endroit pour faire une pause et se recentrer

Lors de l’inauguration de la cabine de relaxation au pavillon K, de gauche à droite : John Marsala, gestionnaire des Soins infirmiers au Centre cardiovasculaire Azrieli, l’HGJ; Lucie Tremblay, directrice des Soins infirmiers; Beverly Kravitz, directrice des Ressources humaines, Communications et Affaires juridiques et Sécurité globale; Serge Cloutier, directeur adjoint des Soins infirmiers; Anthony Turi, chef des Services environnementaux.
Lors de l’inauguration de la cabine de relaxation au pavillon K, de gauche à droite : John Marsala, gestionnaire des Soins infirmiers au Centre cardiovasculaire Azrieli, l’HGJ; Lucie Tremblay, directrice des Soins infirmiers; Beverly Kravitz, directrice des Ressources humaines, Communications et Affaires juridiques et Sécurité globale; Serge Cloutier, directeur adjoint des Soins infirmiers; Anthony Turi, chef des Services environnementaux. Lors de l’inauguration de la cabine de relaxation au pavillon K, de gauche à droite : John Marsala, gestionnaire des Soins infirmiers au Centre cardiovasculaire Azrieli, l’HGJ; Lucie Tremblay, directrice des Soins infirmiers; Beverly Kravitz, directrice des Ressources humaines, Communications et Affaires juridiques et Sécurité globale; Serge Cloutier, directeur adjoint des Soins infirmiers; Anthony Turi, chef des Services environnementaux.

Imaginez un endroit au travail où vous pouvez faire une pause et vous isoler, fermer les yeux et surélever vos pieds sans être dérangé. Grâce au soutien de notre CIUSSS, cette vision est devenue réalité.  

En effet, le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal met en place une série de cabines de relaxation fermées dans différentes installations à l’échelle du réseau, où les membres du personnel peuvent s’asseoir dans le confort douillet d’un fauteuil inclinable, et choisir parmi des options comme la musique, la méditation ou la luminothérapie.   

Les cabines sont installées dans le cadre d’un projet pilote de la Direction des ressources humaines de notre CIUSSS en reconnaissance du travail acharné et du dévouement des membres du personnel, particulièrement au cours des deux dernières années de la pandémie.

Timothée Régnier, cofondateur de Recharjme, devant l’une des cabines de relaxation de l’entreprise à l’HGJ.
Timothée Régnier, cofondateur de Recharjme, devant l’une des cabines de relaxation de l’entreprise à l’HGJ.

« Cette initiative vise à aider à maintenir l’équilibre et le bien-être », a déclaré Beverly Kravitz, directrice des Ressources humaines, Communications et Affaires juridiques et Sécurité globale. « Vous pouvez prendre un moment pour recharger votre batterie et déconnecter de votre travail et du monde. »

Trois cabines, fabriquées par la Société montréalaise Recharjme, ont déjà été installées à l’Hôpital général juif, et quatre autres le seront prochainement dans d’autres sites de notre CIUSSS.

À l’intérieur de la cabine, qui est de la taille d’un photomaton, les membres du personnel éprouvent une sensation de calme et d’apaisement; le fauteuil peut être activé pour fournir de la chaleur et un massage par vibrations. En avril, lors de l’inauguration de la cabine située près du Carrefour Lea Polansky, les premiers utilisateurs ont confirmé que l’expérience les avait détendus et revigorés.

« Vous oubliez où vous êtes et vous pouvez déconnecter », ajoute Lucie Tremblay, la directrice des Soins infirmiers, après avoir utilisé la cabine pendant quelques minutes. « Quand vous êtes soignant, vous ‘donnez’ toute la journée. Cette cabine vous permet de vous recentrer et de refaire vos forces. »

Andrew Da Silva, qui est membre de l’Équipe d’entretien ménager, dit que la cabine permet d’avoir des moments d’intimité s’il souhaite faire une sieste pendant sa pause. « Dans la cabine, j’ai l’assurance que je ne serai pas dérangé. C’est pratique d’avoir un endroit pour me ressourcer, je vais certainement l’utiliser », dit-il.  

« Vous pouvez prendre un moment pour recharger votre batterie et déconnecter de votre travail et du monde. »

Beverly Kravitz, directrice des Ressources humaines

Les cofondateurs de Recharjme, Éric Normandeau et Timothée Régnier, expliquent qu’ils voulaient « démocratiser » la relaxation dans le lieu de travail, et offrir une « expérience immersive » pour permettre aux employés de faire une pause loin du stress de leurs tâches quotidiennes. Les séances, qui peuvent durer jusqu’à 25 minutes, sont réservées par le biais de l’application Recharjme. Les cabines sont munies d’un purificateur d’air et d’un système de ventilation qui renouvelle l’air. Un avis rappelle également aux utilisateurs d’utiliser les lingettes désinfectantes fournies à l’intérieur de chaque unité avant et après chaque séance.

Les cabines ont été installées à l’HGJ grâce à un donateur de la Fondation de l’HGJ, qui souhaite rester anonyme. Elles sont situées dans la mezzanine, près des escaliers mécaniques, au niveau inférieur du Carrefour Lea Polansky, à l’extérieur de l’Unité de soins intensifs et dans le salon des employés du Département de l’urgence. Ces cabines sont à la disposition de tous les membres du personnel.

Quatre autres cabines seront installées en juin. Elles seront situées au Centre gériatrique Maimonides Donald Berman, à l’Hôpital Catherine-Booth, au Centre de réadaptation Lethbridge-Layton-Mackay et à l’Hôpital Richardson; cette dernière cabine pourra être utilisée par le personnel de l’Hôpital Richardson et du Centre d’hébergement Henri-Bradet adjacent.

Téléchargez l’application Recharjme par le biais de Google Play, ou de l’App Store d’Apple.