Le thé, l’amitié – et l’espoir – de retour au CHSLD

L’aumônier Kosta Theofanos parle à l’un des résidents du Centre d’hébergement Saint-Andrew, sous le regard de l’aide de service Edna Bishop.
L’aumônier Kosta Theofanos parle à l’un des résidents du Centre d’hébergement Saint-Andrew, sous le regard de l’aide de service Edna Bishop.

Il y avait lieu de célébrer au Centre d’hébergement Saint-Andrew pendant le mois de mai. En effet, pour la première fois après plus d’un an de bouleversements et d’isolement en raison de la COVID-19, les membres du personnel et les résidents ont pu se réunir dans le solarium pour une pause de répit « Thé et amitié ».

Le soleil était également au rendez-vous, et la lumière pénétrait par les fenêtres du sol au plafond. À l’extérieur, les arbres arboraient fièrement leurs bourgeons, tandis qu’à l’extérieur, l’espoir fleurissait. L’aumônier Kosta Theofanos, dont la persévérance et le dévouement avaient rassemblé les participants, était debout à l’avant de la salle.   

L’aumônier Kosta Theofanos
L’aumônier Kosta Theofanos

L’aumônier Kosta Theofanos s’était efforcé de maintenir les séances de soutien spirituel « Répit Thé et amitié » pendant la pandémie, mais elles étaient diffusées en direct, ou avaient lieu à des étages différents. Cette réunion dans une salle commune permettait d’espérer que la vie revenait lentement à la normale dans les centres de soins de longue durée de notre CIUSSS qui ont été durement touchés par la pandémie.   

« La COVID-19 a créé une telle rupture des relations normales. L’amitié qui a été interrompu est renouée », a déclaré l’aumônier Theofanos, le conseiller spirituel du Centre d’hébergement Saint-Andrew. « C’est un signe d’espoir ».

La réunion était également un témoignage du dévouement des membres du clergé du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Pendant les vagues successives de la pandémie, les conseillers spirituels de notre réseau ont œuvré dans des conditions extrêmement difficiles, en s’occupant à distance des patients, en accompagnant ces derniers pendant leurs derniers instants et en agissant comme intermédiaires auprès des familles au cœur brisé qui ne pouvaient pas voir leurs proches en raison des restrictions imposées par Direction de santé publique. À titre de conseiller spirituel dans un centre de soins de longue durée, l’aumônier Theofanos était affligé de ne pas pouvoir être au chevet des résidents dont il s’occupait – et qu’il perdait parfois.

La réunion du mois de mai se voulait une occasion mémorable. Des musiciens bénévoles au violoncelle et au piano ont joué des mélodies réconfortantes. L’aumônier Theofanos a lu des extraits de l’œuvre de Shakespeare, en adaptant le titre de l’une des célèbres comédies de cet auteur pour l’appeler « Love’s Labour’s Lost … and found » (Peines d’amour perdues… et retrouvées).

À tour de rôle, les résidents et les membres du personnel ont lu des passages, et ils ont tous applaudi à la fin de la séance. Plusieurs participants étaient émus.

« Après plus d’un an de pandémie, cette activité m’a fait monter les larmes aux yeux », dit Hetal Patel, le coordinateur du Centre d’hébergement Saint-Andrew. « Il s’agissait de l’une de nos nombreuses tentatives pour redonner un sens de normalité – tout en respectant toutes les restrictions et en créant un environnement de type familial pour nos résidents ».

Selon la technicienne en loisir Elaine Grant, les séances Thé et amitié permettent aux résidents de partager des expériences communes. « Ces rencontres leur remontent le moral et leur donnent le sentiment d’appartenir à une communauté », explique-t-elle. « Le simple fait de pouvoir être ensemble dans le solarium après plus d’un an a une grande importance ».

Tous les participants portaient un masque et respectaient une distance physiquement les uns des autres, un signe que les mesures de précaution font encore partie de la vie quotidienne. Malgré tout, ces personnes ont pu être ensemble. Les avantages de cette séance peuvent être évalués par les commentaires des résidents, comme celui de Philippa Moore, une résidente âgée de 97 ans qui a lu des passages de la comédie de Shakespeare et applaudi avec enthousiasme. « Qui veut rester assis seul dans une chambre? » a-t-elle demandé à la fin de l’événement. « La séance nous fait nous sentir vivants de nouveau ».

L’aumônier Theofanos a lancé les rencontres Thé et amitié au Centre d’hébergement Saint-Andrew dans le but d’offrir un soutien spirituel et pastoral – ainsi que du thé ou du café – aux résidents de ce centre de soins de longue durée et à leurs proches aidants. Il s’est inspiré de son travail d’aumônier à l’église presbytérienne Maplewood, à Châteauguay, qui offre un programme Thé et amitié à multiples facettes.

L’aumônier Theofanos ajoute qu’il tire parti des événements de l’actualité et emprunte à des œuvres d’art, de cinéma et de littérature pour proposer différents thèmes chaque semaine. Ces séances peuvent aider les résidents à surmonter l’isolement, et pour les enfants proches aidants, elles peuvent atténuer un sentiment de désespoir ou de culpabilité entraîné parfois par le rôle de proche aidant auprès d’un parent vieillissant.

En soulignant le retour des séances Thé et amitié dans le solarium du Centre d’hébergement Saint-Andrew, l’aumônier Theofanos dit qu’il n’est pas là seulement pour les résidents qui ont survécu à la pandémie de la COVID-19, mais aussi pour ceux qui n’y ont pas survécu.  

« C’est ma manière d’honorer leur mémoire, même si plusieurs d’entre nous au Centre d’hébergement Saint-Andrew n’avons pas eu la possibilité de dire au revoir », ajoute-t-il. « La plaie est encore ouverte. Mais, nos cœurs trouvent un réconfort dans la bienveillance de la vie ».