Grâce à leur créativité et à leur dévouement, les thérapeutes aident une fillette pendant la pandémie du Coronavirus

L’orthophoniste Alexie Gendron (à gauche) et la physiothérapeute Sara Wight (à droite) se déguisent en vue d’une séance de thérapie « virtuelle » par Skype avec une fillette de 4 ans.
L’orthophoniste Alexie Gendron (à gauche) et la physiothérapeute Sara Wight (à droite) se déguisent en vue d’une séance de thérapie « virtuelle » par Skype avec une fillette de 4 ans.

Deux thérapeutes de notre CIUSSS ont proposé une solution astucieuse quand une fillette de 4 ans, ayant une incapacité motrice, ne pouvait plus venir à l’établissement Mackay pour ses séances de thérapie en raison des restrictions liées à la COVID-19.

En effet, la physiothérapeute Sara Wight et l’orthophoniste Alexie Gendron ont proposé une thérapie « virtuelle » : installées dans le gymnase de physiothérapie de l’établissement Mackay, elles ont téléchargé le logiciel Skype sur un iPad et effectué une séance de thérapie de 45 minutes avec la fillette et sa mère qui étaient à leur domicile.

« Nous savons que nos enfants et nos familles s’efforcent de faire ce que nous leur demandons, et nous voulons nous assurer qu’ils se sentent appuyés », de dire Madame Wight, une physiothérapeute du Programme enfance au Centre de réadaptation Lethbridge-Layton-Mackay (CRLLM). « Nous tenons à les réconforter et à leur fournir un sens de continuité ».

Madame Wight et Madame Gendron ont eu l’idée d’utiliser Skype quand les clients ne pouvaient plus venir au Centre CRLLM pour leurs séances de thérapie en raison de la pandémie de la COVID-19 et de la suspension des services. Les deux thérapeutes, qui souhaitaient continuer à aider la fillette, l’une de leurs clientes habituelles, ont rapidement pensé à fournir des soins « à distance », en collaboration avec la famille de leur jeune patiente.

Pendant que la fillette et sa mère suivaient sur Skype, les deux thérapeutes effectuaient les exercices par le biais d’un goûter imaginaire, de la chanson enfantine HeadShoulders, Knees and Toes (tête, épaule genoux et orteils) et d’un jeu de cache-cache. La fillette en faisait de même à la maison. Pour faciliter les choses, Madame Gendron était déguisée en princesse tandis que Madame Wight portait des ailes d’ange et un masque de bal masqué.  

« L’isolement est difficile pour tous », dit Madame Gendron, qui travaille aussi au sein du Programme enfance au Centre de réadaptation LLM. Nous voulions trouver des moyens d’appuyer les familles le mieux que nous le pouvions.  

Ce rendez-vous de thérapie à distance est un exemple de la manière dont les membres du personnel de notre CIUSSS font preuve de créativité et de dévouement pour surmonter les restrictions entraînées par la COVID-19. Même dans des circonstances difficiles, leur engagement leur permet de continuer à fournir des services à ceux qui en ont besoin.

Cette séance de thérapie novatrice est seulement l’une des manières dont le personnel de la Direction de réadaptation déploie des efforts considérables pour relever le défi énorme présenté par pandémie de la COVID-19. D’autres contribuent en se portant bénévole pour travailler ailleurs que dans leur établissement habituel afin de répondre aux besoins les plus pressants.

Certaines infirmières et aides-infirmières qui travaillent habituellement au sein du Programme de réadaptation du Centre LLM dans les écoles spécialisées – fermées pendant la pandémie – ont demandé à être réaffectées ailleurs, et les ergothérapeutes et les physiothérapeutes de l’établissement Constance-Lethbridge ont proposé leurs services aux hôpitaux Catherine Booth et Richardson.

Geneviève Chabot, directrice adjointe, Réadaptation, a félicité les employés de faire preuve d’une telle solidarité et d’un bel esprit d’équipe.

« Leur dévouement indéfectible et leur volonté d’en faire plus sont les raisons fondamentales pour lesquelles nous travaillons au sein du réseau de la santé et des services sociaux », dit-elle.

« En définitive, nous nous efforçons d’assurer la meilleure qualité de service possible à notre population pendant cette période exceptionnelle. » 

Cette idée des thérapeutes a été applaudie par les gestionnaires comme un exemple de créativité, dans des circonstances où le réseau de la santé doit s’adapter en raison de la pandémie.

« Malgré l’incertitude, les employés ont fait preuve de résilience », ajoute Katerine Tremblay, chef d’administration de programme, Programme enfance au Centre de réadaptation LLM. « Ils se sont adaptés et sont sortis des sentiers battus pour effectuer leurs tâches et fournir un appui soutenu aux familles ».

D’un goûter imaginaire avec une fillette de 4 ans, aux efforts déployés auprès d’innombrables clients à l’échelle du CIUSSS, le dévouement des thérapeutes change réellement les choses.