Diffuser l’information sur la COVID-19 dans une douzaine de langues

Antonin Benoît (à gauche), un employé de MultiCaf, transmet des renseignements sur la COVID-19 à l’extérieur d’un supermarché du quartier Côte-des-Neiges. La « COVID-mobile », à l’arrière-plan, diffuse des messages de santé publique dans une douzaine de langues par le biais d’un haut-parleur.
Antonin Benoît (à gauche), un employé de MultiCaf, transmet des renseignements sur la COVID-19 à l’extérieur d’un supermarché du quartier Côte-des-Neiges. La « COVID-mobile », à l’arrière-plan, diffuse des messages de santé publique dans une douzaine de langues par le biais d’un haut-parleur.

Dernièrement, les passants se retournaient pour regarder un camion qui arrivait dans le terrain de stationnement d’un supermarché du quartier Côte-des-Neiges. Sur le toit du camion, un haut-parleur diffusait le message : « En zone rouge, restons vigilants! ».

Ces mots sont répétés en anglais, mandarin, urdu, arabe, tagalog, tamil, yiddish, bengali, créole, vietnamien et hindi, un arc-en-ciel de langues, porteuses d’un message commun, soit rester en sécurité pendant la pandémie de la COVID-19.

Cette « COVID-mobile » est l’un des outils de la campagne de santé publique appuyée par le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal dans le quartier Côte-des-Neiges, l’un des secteurs les plus diversifiés sur le plan ethnique au Canada. Le CIUSSS a collaboré avec les groupes communautaires et les lieux de culte pour s’assurer que les messages de santé publique essentiels sont compris par les résidents de ce quartier qui accueille un grand nombre d’immigrants.

Cela exige de parler à ces personnes dans leur propre langue et de diffuser le message dans des endroits comme le terrain de stationnement du supermarché Maxi sur le chemin de la Côte-des-Neiges. Pour le groupe MultiCaf, créateurs de la « COVID-mobile », la démarche multilingue représente beaucoup plus qu’une simple communication.

« C’est une question de respect. Une façon de dire, ‘Comment est-ce que je peux m’adresser à toi pour que tu te sentes investi dans la même mission que moi?’ » de dire Jean-Sébastien Patrice, directeur général de MultiCaf. « On est dans une crise sanitaire. C’est une façon de s’assurer que nous sommes tous solidaires contre la pandémie. »

MultiCaf et notre CIUSSS ont formé une alliance pendant la pandémie avec d’autres partenaires communautaires pour relever les défis découlant d’une crise sanitaire sans précédent. Leur réussite est évidente du point de vue communautaire. Outre, la diffusion de messages par le biais d’un haut-parleur, cet organisme distribue des trousses de soins de santé dans les stations de métro et d’autres endroits. Des bénévoles issus des communautés ethniques et religieuses ont également été recrutés pour aller de porte-à-porte en février dans le cadre d’une campagne éclair de deux jours visant à distribuer des trousses de soins de santé comprenant des masques, du désinfectant pour les mains et de l’information multilingue sur les ressources locales.

Notre CIUSSS fournit à des organismes comme MultiCaf des directives à jour sur la santé, et analyse les données de la Direction régionale de santé publique de Montréal afin d’aider ce groupe à cibler les « zones chaudes » lors d’une éclosion de virus. « Nous pouvons nous adapter rapidement et fournir à l’organisme les outils nécessaires », explique Gilles Sirois, un organisateur communautaire de l’Équipe de santé publique du CIUSSS.

Pour M. Patrice, dont le groupe coordonne le plan d’action contre la COVID-19 dans l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, ce type d’appui est « essentiel ». « On ne peut rien faire sans l’expertise, l’expérience et le leadership du CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Absolument rien », dit-il.

Ces partenariats ont été essentiels pour aider les résidents vulnérables des quartiers comme Côte-des-Neiges, et ils seront tout aussi précieux lorsque nous tournerons nos efforts vers la vaccination de masse, ajoute Spyridoula Xenocostas, Chef d’administration de programme, Brigade de prévention de la COVID-19 de notre CIUSSS.

« La meilleure manière de toucher les personnes vulnérables est une science et une forme d’art. Notre équipe fait un travail remarquable », déclare Madame Xenocostas. « Les membres sont dévoués, ils connaissent les communautés, ils écoutent les résidents et ils se soucient d’eux ».

Pour M. Patrice, ces alliances communautaires semblent être un héritage positif de la pandémie, puisqu’elles ont jeté les bases d’une collaboration future en ce qui a trait aux problèmes de santé publique, qu’il s’agisse de lutter contre l’obésité ou le décrochage scolaire.  

« La pandémie nous a permis de faire quelque chose qui n’avait jamais été fait », dit-il. « Si nous avons d’autres messages de santé publique à diffuser un jour, nous possédons déjà les outils pour le faire. Ce sera plus facile de toucher toute cette mosaïque de personnes afin qu’elles puissent s’unir envers une cause commune ». C’est un message que nous voulons tous entendre, quelle que soit la langue.