Deuil douloureux : l’équipe de l’HGJ aide les familles et le personnel à gérer les pertes périnatales

Nurse Nadine Fava (seated) and Social Worker Louna Kadoch, Co-Chairs of the Perinatal Loss Committee at the JGH, holding clothing items they place in Memory Boxes, a symbolic keepsake given to parents at the time of their loss. The commemorative bench and a nearby sapling were dedicated in 2017.
Nurse Nadine Fava (seated) and Social Worker Louna Kadoch, Co-Chairs of the Perinatal Loss Committee at the JGH, holding clothing items they place in Memory Boxes, a symbolic keepsake given to parents at the time of their loss. The commemorative bench and a nearby sapling were dedicated in 2017.

Tandis que les arbres autour de l’Hôpital général juif perdent leurs dernières feuilles, la travailleuse sociale Louna Kadoch et l’infirmière Nadine Fava tournent leurs pensées vers les pertes qu’elles sont appelées à gérer dans le cadre de leur travail. Bien que ces pertes ne soient pas abordées souvent, elles sont aussi bouleversantes pour les familles que les travailleurs de la santé.

La plupart des grossesses se déroulent normalement, mais il arrive que de cas rares se terminent par une fausse-couche, l’accouchement d’un mort-né ou un décès néonatal. Mme Kadoch et Mme Fava, coprésidentes du comité de perte périnatale de l’HGJ, se sont donné pour mission d’honorer et d’appuyer les familles endeuillées en adoptant une approche invariablement compatissante.

« Ce dont elles ont vraiment besoin, c’est d’une oreille et d’un espace tranquille pour vivre leur chagrin et leur colère. « Parfois, le silence est d’or, et je suis à leurs côtés pour tout simplement les écouter », de dire Mme Kadoch.

Au mois d’octobre, l’HGJ a de nouveau souligné la Journée de sensibilisation aux pertes périnatales en accueillant les familles à une cérémonie intime à la mémoire de nouveau-nés qui ont quitté ce monde trop tôt. « Cette cérémonie à l’Hôpital permet aux parents que nous avons aidés de revenir faire leur deuil », explique Mme Fava.

Certes, la priorité est accordée aux familles éprouvées, mais Mme Kadoch et Mme Fava sont également sensibles aux besoins des travailleurs de la santé, qui doivent gérer un processus complexe et délicat.

« Une partie de notre travail consiste à les aider pour qu’ils puissent accorder du temps aux familles, dit Mme Fava. Nous avons aussi beaucoup de jeunes infirmières qui n’ont pas d’enfant et qui ont du mal à contextualiser ce qu’une perte signifie; je suis donc là pour les encadrer lorsqu’elles doivent accompagner une famille affligée », ajoute Mme Fava.

Heureusement, ces moments difficiles pour les familles et le personnel pourraient devenir un peu plus supportables grâce à un nouveau berceau appelé CuddleCot. Offert à l’HGJ par une famille endeuillée, le CuddleCot est un berceau doté d’un matelas réfrigéré qui permet aux parents de prolonger leur présence auprès de leur bébé et de créer un lien précieux avec lui pendant ces moments particulièrement difficiles.

La perte périnatale est certes un sujet difficile, mais Mme Kadoch et Mme Fava sont déterminées à poursuivre leurs efforts de sensibilisation. « Nous n’abandonnerons pas, de dire Mme Kadoch, car chaque conversation pourrait accroître la compréhension et en définitive, les ressources et le soutien pour les personnes qui en ont réellement besoin ».