Des repas et de la bonne humeur, accompagnés de distanciation sociale au menu du resto-carrefour à l’HGJ

Des membres du Service alimentaire à l’œuvre à la cafétéria de l’HGJ. De gauche à droite : André Antoine, Frederick Maheu, Jimmy Papachristos, Anastasios Macropoulos, Wesley Eastmond, Vidal Gabizon, Boris Slavev, Cam Le Vu, Katia Boileau et Anna Dimitrakopoulos
Des membres du Service alimentaire à l’œuvre à la cafétéria de l’HGJ. De gauche à droite : André Antoine, Frederick Maheu, Jimmy Papachristos, Anastasios Macropoulos, Wesley Eastmond, Vidal Gabizon, Boris Slavev, Cam Le Vu, Katia Boileau et Anna Dimitrakopoulos

Les visiteurs remarqueront assurément que des changements ont été apportés au resto-carrefour de l’Hôpital général juif récemment. Mais, les ingrédients de base qui font la popularité de la cafétéria n’ont pas changé. 

Afin de respecter les directives relatives à la COVID-19, l’espace entre les tables au Carrefour Lea Polansky a été accru et moins de places sont disponibles. La terrasse extérieure est ouverte et comporte un petit nombre de tables pour les personnes qui souhaitent manger al fresco.

Les caissiers, qui travaillent derrière des écrans en plexiglas, acceptent seulement des cartes de débit ou de crédit. Et le comptoir libre-service n’a rien de libre en ce moment : les clients reçoivent plutôt leurs cafés, sandwiches et collations des mains du personnel.  

Toutefois, outre ces mesures, les employés travaillent d’arrache-pied pour s’assurer que les éléments essentiels ne changent pas. Comme ils l’ont fait pendant la pandémie de la COVID-19, ils continuent d’offrir un service amical et sans prétention à leurs collègues et aux autres clients du resto-carrefour.   

« C’est toujours notre famille de l’HGJ. À l’exception des masques et du plexiglas, nous sommes les mêmes », de dire Anna Dimitrakopoulos, chef du Service alimentaire à l’HGJ et au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal. « Je tiens à ce que nos clients ressentent notre chaleur et notre dévouement, et je veux offrir un environnement accueillant pour que les membres du personnel aient le sentiment que nous prenons soin d’eux — tout en assurant leur sécurité ».

Les visiteurs peuvent compter sur la présence d’employés de longue date, comme André Antoine, un caissier qui sert des repas et de la bonne humeur depuis 14 ans. Monsieur Antoine connaît suffisamment bien ses clients pour préparer le nombre de petits godets de crème ou de lait qu’ils utilisent dans leur café avant même leur arrivée à la caisse.  

« Nous nous efforçons de nous assurer que nos clients sont confortables », explique Monsieur Antoine. « Nous savons tous qu’il y a eu une pandémie à l’extérieur. Quand ils viennent chercher leur nourriture, nous voulons qu’ils soient à l’aise ».