Aider les écoles avec l’ABC de la prévention

Certains des membres de la brigade de prévention de la COVID-19 qui ont collaboré avec les garderies pendant l’été. De gauche à droite : Hamida Medjnoun, spécialiste des Activités cliniques, Hélène Mongeon, infirmière, et Pamela Maxwell, infirmière
Certains des membres de la brigade de prévention de la COVID-19 qui ont collaboré avec les garderies pendant l’été. De gauche à droite : Hamida Medjnoun, spécialiste des Activités cliniques, Hélène Mongeon, infirmière, et Pamela Maxwell, infirmière

Alors que des milliers d’enfants retournent en classe pour une rentrée qui ne ressemble à aucune autre, une brigade de santé publique du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal facilite les choses en s’assurant que les meilleures pratiques possible sont en place pour prévenir la propagation de la COVID-19.

La brigade de prévention de la COVID-19 de notre CIUSSS est composée de professionnels qui fournissent un appui et prodiguent des conseils à des centaines d’écoles, de garderies, de lieux de culte et de groupes communautaires pendant la pandémie du coronavirus.

On y retrouve des personnes comme Mika Joseph, une infirmière clinicienne scolaire, qui prodiguent des conseils aux écoles sur la manière de s’acquitter de la tâche énorme d’éduquer les enfants dans un environnement sécuritaire pendant cette pandémie mondiale.

« Notre rôle consiste à soutenir nos écoles et à les aider à traverser la crise de la COVID-19 », dit Madame Joseph, qui fait partie du programme Écoles en santé. « Les dirigeants de nos écoles doivent savoir qu’ils ne sont pas seuls face à ce défi. Nous sommes là pour les accompagner. »

La brigade de prévention de la COVID-19, qui est affiliée à la Direction des services intégrés de première ligne, agit comme un pont entre la Direction de santé publique régionale de Montréal et les installations qui doivent appliquer leurs directives.

La brigade a donc établi un partenariat avec les directeurs et les directeurs adjoints des écoles afin de les aider à réduire les risques de propagation du virus et de leur offrir un soutien en cas d’éclosion.
Au 10 septembre, les membres de la brigade de prévention avaient déjà téléphoné à 80 pour cent des écoles sur le territoire du CIUSSS. Le défi était considérable. En effet, le territoire comprend presque 150 écoles élémentaires et secondaires.

Valérie Lahaie, coordonnatrice de Santé publique et partenariat au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal. « Je suis très fière du travail accompli. »
Valérie Lahaie, coordonnatrice de Santé publique et partenariat au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal. « Je suis très fière du travail accompli. »

« Ça démontre que nous sommes prêts à affronter une deuxième vague et que nos équipes sont au rendez-vous», déclare Valérie Lahaie, coordonnatrice de santé publique et partenariat de notre CIUSSS. « Je suis très fière du travail accompli. »

Les membres de la brigade, infirmières, travailleuses sociales, physiothérapeutes et autres ont préparé un « ABC de la prévention du coronavirus », qui consiste en une liste de questions visant à s’assurer que les écoles sont prêtes à recevoir les enfants. Voici quelques exemples de questions : Est-ce que les pancartes indiquant où se laver les mains ont été affichées dans des endroits visibles? Est-ce que les enseignants peuvent respecter la distanciation sociale dans leur salle de repos? Est-ce que les embouteillages peuvent être évités dans les couloirs quand les enfants quittent la classe?

D’autres questions portent sur les stratégies de désinfection des zones touchées fréquemment, comme les poignées de porte et les interrupteurs ainsi que les protocoles à suivre si un étudiant présente des symptômes de la COVID-19.

Après l’appel téléphonique initial, la brigade est à la disposition des écoles pour les suivis.

« Notre défi consiste à joindre toutes les écoles », ajoute Ludmilla Duplessis, chef d’administration du Programme Écoles en santé. « Nous devons les rassurer au moment où ils retournent en classe. »

Chaque membre de la brigade a reçu une formation, et possède une expérience solide. En effet, pendant l’été, quand les garderies ont accueilli les premiers enfants d’âge préscolaire, la brigade a collaboré étroitement avec approximativement 520 responsables de ces installations sur le territoire de notre CIUSSS.

Certaines questions portaient sur les règles de base. Par exemple, un employé de garderie pouvait-il faire un câlin à un bambin en pleurs (il le pouvait, du moment qu’il portait un masque et un écran facial ou des lunettes de protection).

« La plupart des gens étaient reconnaissants nos appels et vraiment ravis de nous parler. J’ai trouvé cette initiative très valorisante », de dire Hélène Mongeon, qui a effectué environ 250 appels. Elle espère qu’en offrant un soutien aux garderies, son équipe aidait également les familles des enfants qui leur avaient été confiés. « J’espère que nous avons aussi aidé les familles avec toutes nos démarches, en réduisant au minimum les taux d’infections », ajoute cette infirmière autorisée du Programme Enfance-Famille-Jeunesse du CLSC.

Cristiana Anghelescu, qui a supervisé la stratégie de la brigade de prévention de la COVID-19 pour les garderies, a qualifié la tâche de colossale. « Les membres de la brigade ont été formidables. Sans leur travail, nous n’aurions pas été en mesure de joindre toutes les garderies », explique la chef d’administration de Programmes Enfance-Famille-Jeunesse.

Il n’est pas facile de maintenir les rituels de la vie pendant une pandémie, mais la brigade de prévention de la COVID-19 s’efforce de rendre la situation un peu plus facile à gérer. Après avoir collaboré étroitement avec les garderies, Madame Joseph est maintenant impatiente de tourner son attention vers les écoles. « Je sais que les écoles peuvent compter sur nous », dit-elle « et que nous serons en mesure de les aider ».