Vous avez la parole! Conseils pour communiquer avec vos collègues et vos stagiaires

« Considérez-vous comme un communicateur qui parle avec les gens plutôt qu’aux gens » 

C’est le message clé qu’a livré Annie Gingras, présidente fondatrice de l’entreprise de consultation en gestion Tabono, qui était invitée à partager son savoir-faire en matière de communications efficaces avec les employés du Directorat des services multidisciplinaires (DSM). En effet, l’équipe de direction du DSM avait réuni ses membres à l’occasion d’un événement d’appréciation du personnel visant à reconnaître leur engagement à titre de superviseurs d’universitaire et de cégépiens.

En 2017 et en 2018, les membres du personnel du DSM ont supervisé des douzaines d’universitaires dans une foule de champs d’activités, y compris la physiothérapie, l’ergothérapie, l’audiologie, l’orthophonie, le travail social et la nutrition clinique. Ils ont également guidé plus de 100 cégépiens qui ont effectué un stage en thérapie respiratoire, imagerie et en radio-oncologie.

« Ce sont des exécutions tout à fait remarquables » de dire Mary Lattas, la directrice adjointe du DSM, dans son allocution aux membres du personnel du DSM réunis pour l’occasion. « Ces chiffres reflètent l’importance que nous accordons, à titre de directorat, d’équipe et d’organisation, à la formation des professionnels qui prodiguent des soins à nos patients ».   

« Nous comprenons que le CIUSSS est un environnement plus complexe », ajoute Madame Lattas. « Chacun de nous s’efforce d’exceller dans tous les domaines, dans notre charge de travail, notre enseignement et bien sûr notre vie personnelle. Pour nous aider à atteindre cet équilibre, nous pouvons certainement tous bénéficier de solides compétences en communication ».   

Madame Gingras parle de l’importance d’avoir des conversations fructueuses avec nos collègues, ce qui exige que les deux parties soient pleinement présentes et sincères pendant l’échange.

« Si vous écoutez seulement à moitié ou êtes préoccupé par autre chose, il vaut mieux reporte la conversation à un autre jour, quand vous serez en mesure d’y accorder toute votre attention », suggère Mme Gingras.

Évitez les questions auxquelles la réponse peut être un simple oui ou non, suggère-t-elle, parce qu’elles mèneront à un échange court et inintéressant. Il est préférable d’utiliser des questions ouvertes, commençant par « comment » ou « pourquoi ». Par exemple, une question comme « comment va ton projet? » plutôt que « est-ce que ton projet est terminé? » lancera la conversation. Pensez à ce que vous pourriez apprendre d’autres personnes et de la manière dont vous pourriez les encourager. Si possible, vous pourriez même offrir votre aide pour faire avancer un projet ou une tâche.  

Madame Gingras a prodigué à son auditoire quelques conseils simples pour expliquer une tâche ou transmettre un message à un collègue :  

  • prenez votre temps et adoptez un ton patient;  
  • efforcez-vous de ne pas vous répéter;
  • assurez-vous que le message est bref et précis. Offrez du feed-back, qu’il soit positif ou négatif.  

« Si nous envisageons le feed-back positif comme un cadeau particulier que nous offrons à une personne pour l’aider, nous entamons la conversation avec une attitude positive plutôt qu’accusatoire », dit-elle. « Le feed-back est un superbe outil pour consolider l’esprit de collaboration au sein d’une équipe ».

L’équipe de direction du DSM a également saisi cette occasion pour féliciter les membres de l’équipe du Service d’aide technique du Centre de réadaptation Constance-Lethbridge, qui sont parmi les finalistes dans la catégorie « Influence » des Prix Reconnaissance Desjardins 2018, attribués par l’Association des Conseils Multidisciplinaires du Québec.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *