Un programme innovateur jumelle les résidents et préposés aux bénéficiaires

Goldie Klein, résidente du CHSLD juif Donald Berman, avec sa PAB principale Ann Leacock.
Goldie Klein, résidente du CHSLD juif Donald Berman, avec sa PAB principale Ann Leacock.

Un nouveau programme qui affecte les préposés aux bénéficiaires (PAB) aux résidents des établissements de soins de longue durée à l’échelle du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal est encensé par les résidents et le personnel.

Lancé il y a moins d’un an, le programme de PAB principal repose sur une idée simple : affecter chaque résident à un PAB dès son admission à un centre de soins de longue durée. Le PAB est ensuite responsable de travailler de manière individuelle avec le résident pour le guider dans sa vie quotidienne au sein de l’établissement.

Dans le cadre du processus d’admission, le PAB principal parle avec le résident et ses proches pour connaître son histoire de vie et l’aider à s’installer et à se sentir à l’aise dans son nouvel environnement. L’information que le PAB recueille est partagée avec l’infirmière et ajoutée au plan de soins du résident.

Ann Leacock, PAB au sein de l’unité Kastner 5 du CHSLD juif Donald Berman, explique que ce programme lui permet d’entretenir des relations plus profondes et constantes avec les sept résidents dont elle s’occupe. « À titre de PAB principale, j’ai plus de temps pour écouter et mieux connaître chacun de mes résidents; je sais leurs préférences et leur histoire de vie, dit-elle. Ils ont aussi l’occasion de mieux me connaître – je les informe de mes vacances pour qu’ils ne soient pas déstabilisés. »

Géraldine Morand, infirmière gestionnaire au Centre d’hébergement Henri-Bradet, souligne que certains résidents considèrent leur PAB principal comme leur aidant privé. « Les résidents se sentent en sécurité et vraiment compris », souligne Mme Morand.

Selon Mme Morand, le programme de PAB principal est bénéfique autant pour les résidents que pour le personnel. « Les membres du personnel aiment cette façon de travailler. Ils comprennent l’importance d’encadrer chaque résident, de le suivre et de signaler tout changement ou toute préoccupation ».

Rosalie Dion, codirectrice du programme SAPA, constate que le programme fournit un cadre pour le rôle de PAB. « Les préposés aux bénéficiaires font ce qu’ils ont toujours fait, explique-t-elle. Le programme de PAB principal vient simplement promouvoir et reconnaître le rôle important qu’ils jouent dans la vie quotidienne du résident ».

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *