Placer les besoins des membres de la famille au cœur de nos préoccupations

La travailleuse sociale Louna Kadoch (à gauche) et l’infirmière Nadine Fava, coprésidentes du Comité de deuil périnatal, assistent à la cérémonie tenue le 15 octobre au cours de laquelle un jeune arbre et un banc ont été dédiés à la mémoire de la perte de tout-petits, disparus pendant la grossesse ou après l’accouchement à l’HGJ.
La travailleuse sociale Louna Kadoch (à gauche) et l’infirmière Nadine Fava, coprésidentes du Comité de deuil périnatal, assistent à la cérémonie tenue le 15 octobre au cours de laquelle un jeune arbre et un banc ont été dédiés à la mémoire de la perte de tout-petits, disparus pendant la grossesse ou après l’accouchement à l’HGJ.

Pour désigner les personnes qui reçoivent des soins de santé et des services sociaux au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, nous employons souvent le terme « nos usagers » puis ajoutons, parfois, « et leurs familles ». Or, les besoins des membres de la famille ne doivent pas être une considération secondaire ni être pris à la légère.

Les membres de la famille — conjoints, parents, frères, sœurs, enfants — ressentent souvent un sentiment de détresse face à la maladie, l’incapacité ou la crise qui touche un des leurs. Ils sont parfois même appelés à assumer le fardeau d’aidant et, bien qu’ils acceptent volontiers cette responsabilité, ce rôle peut être exigeant sur le plan émotif et physique.

Par conséquent, en plus de déployer tous les efforts possibles pour faire en sorte que les patients, résidents et clients soient au cœur de nos priorités, il nous faut constamment garder à l’esprit les besoins de leurs familles.

La cérémonie touchante qui a eu lieu à la mi-octobre à l’Hôpital général juif à la mémoire des tout-petits disparus au cours de la dernière année, pendant la grossesse ou après l’accouchement, représente un parfait exemple de cette préoccupation. Un jeune lilas blanc a été planté et un banc a été dédié comme lieu de réflexion et de commémoration près de l’entrée du pavillon H, sur le chemin de la Côte-des-Neiges.

Cet événement est une initiative de la travailleuse sociale Louna Kadoch et de l’infirmière Nadine Fava, coprésidentes du Comité de deuil périnatal qui regroupe des représentants de l’HGJ, du CLSC Métro, de la Maison bleue de Parc-Extension et de la Maison de naissance. Leur objectif était non seulement de souligner la sollicitude des membres de notre personnel envers les parents, mais aussi de partager leur profond chagrin pour leur perte.

Le plus réconfortant, à mon avis, est que cette cérémonie était une expression de compassion spontanée de la part du personnel. Elle incarnait aussi l’esprit de la Campagne pour le respect de notre CIUSSS, qui dépasse le simple geste de courtoisie pour reconnaître la dignité, les sentiments et, parfois, la douleur à peine voilée de tous ceux et toutes celles — y compris les membres de la famille — qui comptent sur nous dans les moments difficiles.

Ce respect, nous leur devons non seulement à titre de fournisseurs de services, mais aussi en qualité d’êtres humains.

Lawrence Rosenberg, M.D., Ph.D.
Président-directeur général

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *