Le 50e anniversaire du « projet Father-Dowd »

Father Dowd
Le récréothérapeute du Centre d’hébergement Father-Dowd, Ray Cassell (à gauche) remet une plaque à Jason Cordery, de l’école secondaire Westwood, soulignant le 50e anniversaire de la traditionnelle visite annuelle des élèves au centre durant le temps des fêtes.

Pour la 50e année consécutive, un autobus scolaire a déposé devant le Centre d’hébergement Father-Dowd, juste à temps pour le temps des fêtes, des élèves et leurs enseignants les bras chargés de cadeaux. C’est une tradition de longue date pour les élèves de l’extérieur de l’île de venir égayer les résidents du CHSLD à l’approche des fêtes en leur chantant des airs festifs et en distribuant un cadeau à chacun.

Cette année, les élèves de l’école secondaire Westwood de Hudson/Saint-Lazare ont créé la surprise en apportant un sapin de Noël neuf et entièrement décoré. Ils ont aussi remis aux résidents des cadeaux comme des jetés, des pantoufles et des peluches pour les garder bien au chaud cet hiver.

Cette rencontre annuelle intergénérationnelle, que l’on surnomme le projet « Father-Dowd » constitue une véritable partie de plaisir pour Ray Cassell, le récréothérapeute du centre, qui l’organise depuis les quatre dernières décennies.

« Je n’en reviens tout simplement pas que cet événement ait lieu chaque année depuis maintenant 50 ans », nous confie M. Cassell. « Je ne connais aucun autre centre de soins de longue durée de Montréal où une telle tradition existe depuis si longtemps. »

Bon nombre d’invités spéciaux sont venus célébrer l’événement, dont Richard McBrien, l’enseignant aujourd’hui à la retraite qui a été le premier à emmener ses élèves au centre en 1968. À cette époque, il était situé sur la rue de la Gauchetière. C’était l’épouse de M. McBrien qui avait demandé à ce dernier d’emmener ses élèves visiter les résidents après avoir rencontré l’un de ceux-ci à la basilique Saint-Patrick, située tout près.

M. McBrien a d’ailleurs fait remarquer aux élèves de la présente génération qu’ils perpétuent une longue tradition, surtout quand on pense que les premiers jeunes à avoir participé à ce projet sont maintenant dans la soixantaine!

M. Cassell s’occupe de la coordination de la visite annuelle avec Jason Cordery, l’animateur spirituel de l’école Westwood. À l’occasion du 50e anniversaire de la tradition, M. Cassell a remis une plaque à l’école Westwood en guise de remerciement pour la visite annuelle. « Je trouve ça tellement rafraîchissant que des jeunes prennent le temps, malgré leur horaire chargé, de préparer cette visite qui apporte tant de joie à nos résidents », souligne-t-il.

Barbra Gold, directrice du programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA) a aussi remercié les élèves et le corps professoral de Westwood. Elle a ensuite mis d’autres écoles au défi de visiter elles aussi des établissements de soins de longue durée du réseau. « Peut-être qu’un événement comme celui-là encouragera d’autres écoles à mettre sur pied des activités avec les aînés un peu comme la nôtre », a lancé Mme Gold à l’assistance.

Cynthia Soares, du service d’entretien du centre, pose avec le gâteau qu’elle a confectionné et décoré spécialement pour l’occasion.

Après avoir rencontré les résidents individuellement, les élèves se sont régalés d’un buffet, qui s’est terminé en beauté avec un gâteau arborant la photo du 40e anniversaire de la tradition. Le gâteau avait été préparé et décoré par Cynthia Soares, chef de l’équipe d’entretien au Centre d’hébergement Father-Dowd.

M. Cassell se disait reconnaissant de ces échanges chaleureux et conviviaux entre les résidents et les élèves.

« Les liens qu’ils nouent en aussi peu de temps sont inestimables : c’est comme s’ils discutaient avec leurs grands-parents », a-t-il fait remarquer. « J’ai aussi constaté au cours des dernières années que les élèves sont beaucoup plus à l’aise et cordiaux avec les résidents, qui souvent parlent encore de la visite et du beau cadeau qu’ils ont reçu plusieurs jours après l’événement. C’est très gratifiant pour le récréothérapeute que je suis. »

« Je ne serai peut-être pas ici pour un autre 50 ans, mais j’espère sincèrement maintenir cette tradition assez longtemps pour que nous puissions en célébrer le 60e anniversaire! »

 

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *