HGJ: le travail d’équipe assure la réussite du département d’urgence le plus occupé du Québec

Membres du Département d’urgence de l’HGJ de la gauche vers la droite : Jonathan Harroche (infirmier-chef adjoint), Kayla Feola (infirmière) et Victor Uscatescu (conseiller en enseignement infirmier)
Membres du Département d’urgence de l’HGJ de la gauche vers la droite : Jonathan Harroche (infirmier-chef adjoint), Kayla Feola (infirmière) et Victor Uscatescu (conseiller en enseignement infirmier)

Des fractures au nouveau coronavirus en passant par la grippe et les crises cardiaques, c’est en restant aussi solidaire qu’une famille que le service d’urgence le plus occupé du Québec, et le troisième plus occupé au Canada, relève les défis de taille auxquels il fait face dans des conditions très difficiles.

« Notre équipe se surpasse pour répondre à la demande lorsque nos patients ont le plus besoin de nous, dit le docteur Marc Afilalo, chef du Département d’urgence de l’Hôpital général juif. Quel que soit le défi, comme des journées où plus de 300 patients comptent sur nous, ou maintenant avec le coronavirus (COVID-19), les membres de l’équipe ne perdent pas de vue les priorités : rester solides, veiller à ce que les patients soient au cœur de tout ce qu’ils font et se soutenir les uns les autres. C’est cet engagement profond qui fait d’eux les meilleurs dans leur domaine. »

« Notre travail d’équipe multidisciplinaire et notre culture de ‘famille’ unie, d’entraide et de respect mutuel représentent nos atouts les plus précieux », poursuit le docteur Afilalo.

Quand on sait que près de 100 000 patients franchissent les portes de l’urgence chaque année, le fait que ces professionnels fassent bien plus que simplement tenir le rythme est remarquable. Ils lisent, réagissent et contrôlent avec assurance.

« Ce serait tout simplement impossible sans eux. La structure et la conception du Service d’urgence ont beau être irréprochables, la réussite relève du personnel », déclare Victor Uscatescu, conseiller en enseignement infirmier au Département d’urgence de l’HGJ. C’est fantastique de faire partie de l’équipe des éducateurs qui forme un groupe aussi performant. Nous réussissons à gérer en toute sécurité un volume quotidien très élevé de patients. Et de voir l’équipe unie comme une famille, c’est vraiment gratifiant. »

« On ne se fait pas que des amis ici, mais une seconde famille, dit en souriant Jonathan Harroche, infirmier-chef adjoint au Département d’urgence de l’HGJ. En réalité, on passe plus de temps ici avec nos collègues qu’à la maison avec notre famille. »

Le Département d’urgence illustre bien ce qu’une équipe unifiée peut accomplir. Pas de question, pas d’hésitation, pas de doute – que des actions positives pour le plus grand bien de tous. Chaque employé fait preuve d’une volonté inébranlable de se porter au secours d’un collègue, surtout dans les moments les plus difficiles.

« Nous travaillons de longues heures et faisons des doubles quarts pour éviter des situations difficiles à nos collègues, explique Kayla Feola, infirmière de 25 ans qui a passé les cinq dernières années au Département d’urgence de l’HGJ. Nous restons parce que nous formons une famille et qu’en définitive, cela aide nos patients. »

Bien que l’engorgement des urgences pendant la saison du rhume et de la grippe soit chose courante, l’équipe a dû de nouveau se serrer les coudes face au nouveau coronavirus. Malgré la menace  que représente le COVID-19 pour les Montréalais, les membres du personnel relèvent le défi de front, forts de leur solide expérience.

« Avant le coronavirus, il y avait – et il y a encore – le MERS-CoV; avant le MERS-CoV, il y avait le virus Ebola, avant le virus Ebola, c’était le H1N1et avant cela, le SARS », dit Valerie Schneidman, infirmière-chef au Département d’urgence de l’HGJ.

« L’équipe multidisciplinaire du Département d’urgence, composée de médecins, d’infirmiers, de préposés aux bénéficiaires, d’employés de bureau et de professionnels paramédicaux, est engagée et prête à toute éventualité pour relever le défi de fournir des soins aux patients » ajoute-t-elle.

« Nos employés ont une capacité d’adaptation extraordinaire, renchérit M. Uscatescu. Ils sont formés pour s’occuper de toutes sortes de situations. Nous allons dans les moindres détails pour veiller à la sécurité de tous. »

Quelle que soit la situation, il n’y a rien à l’épreuve de cette équipe de personnes hautement qualifiées qui cherchent à éliminer les aléas des situations stressantes et parfois menaçantes pour la vie. Expérience, compétence et compassion sont réellement les qualités distinctives du Département d’urgence de l’HGJ.

« Nous travaillons dans un environnement dynamique en constante évolution – un jour ne ressemble pas à l’autre, précise le docteur Afilalo. Nous faisons très souvent face à de fortes demandes en raison, d’une part, de notre nombre élevé de patients, et d’autre part, de notre volume important de patients âgés gravement malades. »

Pour le docteur Afilalo, la plus belle récompense du travail au Département d’urgence est de savoir que le personnel fait constamment de son mieux pour soigner les patients et assurer des soins de qualité élevée en tout temps.

« C’est une chance pour moi de travailler avec une équipe aussi extraordinaire – je ne peux qu’admirer ces personnes si dévouées », dit le docteur Afilalo.

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *