Comment vont nos jeunes?

TOPO

Comment vont nos jeunes? Les résultats du vaste sondage TOPO, réalisé en 2017 auprès des jeunes montréalais de 6e année et de leurs parents, ont été dévoilés le 10 mai, lors du Grand Rendez-vous montréalais. Plusieurs équipes de soins de santé et de services sociaux du CIUSSS prodiguant des soins aux jeunes de la ville étaient présentes, y compris les Services généraux, les Services enfance, famille et jeunesse, le Programme de services intégrés de première ligne, la Direction de santé mentale et dépendance, et la Direction de la réadaptation.

TOPO 2017 est un sondage auquel presque tous les élèves de 6e année fréquentant une école privée ou publique de l’Île de Montréal ont participé. En effet, 13 380 élèves et 7 887 parents ont alimenté ce sondage exhaustif.

Différents thèmes, au cœur de la vie des jeunes à l’aube de l’adolescence, ont été abordés, soit :
• l’estime de soi;
• l’agressivité, la violence et la cyberintimidation;
• l’engagement scolaire et le risque de décrochage scolaire;
• les relations personnelles et sociales;
• les comportements et les habitudes de vie;
• la santé;
• les déterminants sociaux et environnementaux.

Les données initiales du sondage pan montréalais indiquent des défis et des points positifs. Parmi les défis :
• 38 % des jeunes ne déjeunent pas tous les jours avant d’aller à l’école;
• 62 % ne mangent pas six portions de fruits et de légumes par jour;
• 65 % n’atteignent pas 60 minutes d’activité physique modérée ou intense au quotidien;
• 5 % présentent déjà un risque élevé de décrochage scolaire.

Parmi les points positifs, notons :
• 68 % ont un niveau très élevé de satisfaction par rapport à leur vie;
• 95 % se perçoivent en bonne santé.

Les résultats provenant des différents CIUSSS, CLSC et arrondissements seront disponibles cet été, tandis que les données recueillies dans les écoles et les quartiers seront publiées cet automne. Ces résultats fourniront aux professionnels des services aux jeunes un portrait plus juste de leur clientèle. En connaissant mieux nos jeunes, nous serons en mesure d’élaborer des services qui combleront leurs besoins, et les aideront à réaliser leur plein potentiel.

—Patrice Lépine, Agent de planification, Programmation et recherche en santé publique, Direction des services intégrés de première ligne

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *